Mon parcours en Mulan Quan


De mes premiers pas dans cette discipline à la compétition de Mulan Quan du « 10th World Grand Wushu Festival 2010, Shanghai », où grâce à ma professeur Madame Wang Xian Qin, j'ai eu le plaisir de remporter 3 premiers prix, presque 10 ans se sont écoulés.

J’ai commencé à travailler la « Danse de l’éventail » en 2001, dans les cours hebdomadaires que donnait madame Ke Wen, pédagogue et directrice de l’association des « Temps du corps ». En Chine, elle fut pendant de nombreuses années l’élève de madame Zhou Xiang Mia, dans la célèbre école de Mulan Quan « Da Shi Jie » (Grand Monde de Shanghai). J’arrivais de plusieurs années de Kung Fu plus efficace qu'esthétisant et je ressentais le besoin d’assouplir ma pratique. Durant les premiers mois, je me suis surtout attachée aux applications martiales des mouvements mais petit à petit j’ai laissé cette discipline m’enseigner ce qu’elle avait à m’enseigner ; la grâce et la subtilité. Après avoir appris l’enchaînement à l’éventail simple, j’appris l'année suivante l’enchaînement aux doubles éventails. Ces deux formes font partis des nombreux enchaînements, à mains nues ou à divers autres accessoires, qui sont pratiqués au sein de l'école de Mulan Quan « Da Shi Jie ».

J’avais également une pratique régulière du Qi Gong et je m’aperçus que ces deux disciplines se nourrissaient mutuellement. A la rentrée 2003, les « Temps du corps » ne proposaient plus de cours de « Danse de l’éventail », j'ai donc travaillé cette année là en cours particuliers avec Madame Ke Wen, qui me proposa d'enseigner la « Danse de l’éventail » dès septembre 2004 au sein de son association. Mon travail personnel s’enrichit de la réflexion pédagogique. Parallèlement je suivais une formation professionnelle de trois ans en Qi Gong à l’école des « Temps du corps ». J’obtins le diplôme de cette formation en Chine en juillet 2006, complété par l’examen de la « Fédération de Qi Gong et Arts énergétiques » que je réussis en septembre 2006.

Après avoir travaillé la pratique de l’éventail avec Madame Ke Wen, j'ai rencontré en 2006 Madame Wang Xian Qin, professeur de Mulan Quan à Paris, avec qui je suis entré dans la pratique plus spécifique du Mulan Quan. Après avoir appris les formes réglementaires à mains nues, à l'éventail et à l’épée (enchaînements de base servant pour les compétitions), j'ai eu le plaisir de découvrir toute la richesse de ce style avec le travail au sabre, au cerceau, à deux épées, d’autres formes à l’éventail ainsi que les formes longues créées par Ying Mei Feng.

Ying Mei Feng, la fondatrice du Mulan Quan a basé son style sur un mélange de Huajia Chan (ancien art martial utilisant des mouvements de danse traditionnelle) et de Qi Gong, par souci d’améliorer la santé des pratiquantes ; ces deux disciplines utilisent en effet des gestuelles similaires, le même travail du bassin et de la conduite de l’énergie. Il n’est pourtant pas nécessaire de pratiquer le Qi Gong , le Taï Chi ou un art martial pour commencer le Mulan Quan et beaucoup de mes élèves abordent pour la première fois la conscience de leur axe, de leur centre, de la détente du corps en mouvement et de leur équilibre grâce à l’éventail de Mulan. 

En juillet 2008, accompagnée de Madame Wang Xian Qin, j’ai pu travailler à « L’institut de Wushu de Shanghaï » avec sa professeur, Madame Ma Mei Feng, qui, après avoir remporté plusieurs championnats de Mulan Quan, forme actuellement des professeurs dans cette discipline. J’ai eu également le plaisir de m’entraîner avec Madame Li, championne 2008 de cet Art Martial.

En juillet 2010, toujours grâce au soutien de Madame Wang Xian Qin, j'ai remporté trois premiers prix à la compétition de Mulan Quan du « Grand Festival International de Wushu de Shanghai » (formes réglementaires à mains nues, à l'éventail et parcours libre à l'épée à longues franges). A cette occasion, nous avons créé l'évènement dans le petit monde du Mulan Quan et il était drôle de croiser les regards et de recevoir les congratulations des nombreuses autres participantes, ravies mais très surprises de voir une occidentale pratiquer dans les règles de l'art, leur style encore assez peu répandu en Chine.

A présent mon désir est de transmettre cette pratique, le mieux possible, pour tous les bienfaits qu’elle m’a apporté, tant sur le plan physiologique qu’émotionnel. Je souhaite faire partager cette gestuelle sensuelle et précise, à la découverte d'une nouvelle féminité.

Wang, ying mei feng

Chrystel Herbeaux Del Pino